La pire saison de clémentines de notre histoire

Le titre de cet article semble pessimiste, mais ce n’est pas le cas. Il est réaliste. Nous vivons ce qui est sans aucun doute la pire saison de clémentines de notre histoire en termes de quantité récoltée. Apparemment, ce n’est pas seulement notre problème. Les agriculteurs plus âgés disent ne pas se souvenir d’une récolte aussi faible.

Les arbres ont produit entre 60% et 70% de moins que la récolte moyenne d’une saison normale. En chiffres: normalement, lorsque nous allons cueillir les fruits d’un clémentinier adulte, nous obtenons 3 longs tiroirs (un tiroir pour le terrain équivaut à 22 kg de clémentines). Cette année, il nous est difficile de remplir un tiroir par arbre. Il y a des arbres qui n’ont littéralement aucun fruit.

Cette saison confirme ce que mon oncle Manolo m’a appris:

« Pour chaque décennie que tu passes à cultiver tes champs, tu peux considérer que 2 années seront très bonnes, 5 normales, 2 mauvaises et 1 très mauvaise et tu ne sais jamais quand cette dernière arrivera, mais elle finit toujours par arriver ».

Pourquoi y-a-t il si peu de récolte?

Ce que l’on sait quand on cultive des clémentines, c’est qu’un an sur deux, les arbres portent beaucoup de fruits et l’année suivante ils se reposent. Il est vrai que la récolte de l’année dernière a été généreuse, mais ce n’est pas la seule raison. J’ai participé à plusieurs réunions avec des agriculteurs au cours des dernières semaines et, pour la première fois en 10 ans, beaucoup d’entre eux utilisent le terme “changement climatique”.

Selon l’AEMET (Agence Météorologique de l’État Espagnol), le mois de mars 2019 a été le mois avec les températures maximales moyennes les plus élevées de ce siècle, de sorte qu’il a fait moyennement plus chaud que d’habitude aux heures centrales de la journée. Cela a fait du passage du froid de l’hiver à la chaleur du printemps un changement soudain et brusque. Si la température change progressivement, les arbres ont le temps de se préparer à germer, mais si la chaleur arrive soudainement, ils ne sont pas prêts à fleurir et sont en “retard” par rapport aux conditions météorologiques.

Lorsque, au printemps, nous nous sommes promenés parmi les clémentiniers, nous avons commencé à craindre le pire car nous ne voyions pratiquement pas de floraison. Les abeilles nous ont donné un deuxième avertissement car elles ne produisaient pratiquement pas de miel de fleur d’oranger. Sans fleurs d’oranger, il n’y a pas de nectar et sans nectar, il n’y a pas de miel. Et bien sûr, sans fleurs, il n’y a pas de fruit.

Cet article a été publié dans Crowdfarming® - Plante un arbre et étiquetée , , . Sauvegarde ce lien dans tes favoris.

Comments are closed.